Au match aller, les Crocos avaient déçu dans leur stade (FBGL)
Au match aller, les Crocos avaient déçu dans leur stade (FBGL)
Au match aller, les Crocos avaient déçu dans leur stade (FBGL)
Au match aller, les Crocos avaient déçu dans leur stade (FBGL)

La rencontre avec le supporter adverse : « Il y a un vrai coup à jouer pour Nîmes »

Après un match nul poussif face au FC Nantes, les Crocodiles se déplacent sur la pelouse de l'OGC Nice pour le compte de la 28ème journée après quatre matchs sans défaite. Rencontre avec @Nissa_Avanti, supporter niçois.

Le match face à Nantes ne restera pas dans les mémoires des supporters nîmois. Après avoir concédé l’ouverture du score, le Nîmes Olympique a su réagir poussivement et égaliser en fin de rencontre par Moussa Koné. Avec ce match nul, Nîmes redescend d’une place et occupe désormais la place de barragiste. Pour ce déplacement à Nice, le NO va devoir faire face à de nombreuses absences. En effet, ce sont dix joueurs qui ne seront pas du déplacement sur la Côte-d’Azur. Face à une équipe de Nice qui peine en championnat cette saison, le Nîmes Olympique va devoir cravacher s’il veut ramener quelque chose de ce déplacement. Le bilan de la saison, le changement d’entraîneur, le schéma tactique, cette semaine c’est @Nissa_Avanti qui a répondu à nos questions.

Lors du match aller, les Niçois, pourtant en infériorité numérique, s’étaient imposés deux buts à zéro.

Peux-tu te présenter en quelques mots à nos lecteurs ?

Que dire ? Supporter de l’OGC Nice évidemment, j’ai 31 ans. J’étais régulièrement au stade (au Ray puis à l’Allianz) depuis une vingtaine d’années et même abonné depuis quelques saisons. En parallèle, je tiens un compte Twitter sous le pseudonyme « Sky Nissa » qui traite de l’actualité du Gym. J’y partage de tout, de la revue de presse aux rumeurs mercato en passant par mes commentaires perso pendant les matchs. Avec deux potes, on tient également un podcast hebdomadaire, Avanti Nissa, où l’on parle évidemment des dernières rencontres. On a déjà reçu quelques anciens joueurs, des journalistes locaux et animé des libres-antennes en direct sur Twitch. Cela nous a permis de faire monter au micro nos auditeurs pour commenter l’actualité du club. Bref, on essaye de faire vivre un peu comme on peut notre passion, surtout sans stade…

Habitué aux places Européennes les saisons passées, l’OGC Nice se classe 12ème au classement. La saison passée, les Aiglons ont frôlé l’Europa League. Pourquoi une telle descente aux enfers pour le club azuréen ?

Tout d’abord, la qualification en Europa League la saison dernière est extrêmement flatteuse. Tu finis officiellement cinquième parce que la saison s’arrête. Avec un règlement tordu qui te permet de doubler Reims alors que la saison passée, nous étions neuvièmes. Toutefois, cela n’explique pas la chute des performances cette saison, qui est due selon moi à plusieurs facteurs. Les erreurs de casting qui s’accumulent mercato après mercato et un manque général d’expérience de l’effectif. La grave blessure de notre capitaine Dante et la méforme de certains leaders comme Kasper Dolberg. La responsabilité est donc générale. On a également un déficit abyssal de points à domicile, où l’on est la 18ème équipe de Ligue 1. Peut-être un peu présomptueux de dire que ce serait mieux avec le public, mais…

Nice veut commencer une série tandis que Nîmes Olympique veut la poursuivre. Au match aller en décembre, les Niçois s’étaient imposés 2 buts à 0 en toute fin de match aux Costières. Nîmes reste sur une dynamique positive avec 4 matchs sans défaite, à quoi peut-on s’attendre pour le match de mercredi ? Quelles seront les clés de ce match ?

Un match serré puisque vous restez justement sur une bonne série depuis le changement d’entraîneur. Comme je le disais précédemment, on est mauvais à la maison, donc il y a un vrai coup à jouer pour vous. On ne devrait pas couler, puisqu’on peut compter sur une défense performante avec les arrivées de William Saliba et Jean-Clair Todibo au mercato d’hiver. Cependant, on connaît toujours quelques difficultés à marquer dans le jeu. Du coup, cela peut se jouer sur les coups de pied arrêtés ou sur les absences au sein de votre effectif.

Amine Gouiri est l’homme en forme en ce moment du côté Niçois. Acheté à Lyon, il semble se révéler dans son nouveau club et incarne la nouvelle politique de recrutement du club. L’effectif a une moyenne d’âge de 23 ans et est un des plus jeunes de Ligue 1. Comment expliquer une telle confiance aux jeunes ?

C’est le projet porté par Jean-Pierre Rivère et Julien Fournier depuis 2013, avant même l’arrivée d’Ineos. Il y a évidemment des raisons financières, de trading, même si ça n’en est pas vraiment un comme au LOSC par exemple, puisque le but aujourd’hui reste quand même de conserver les joueurs plusieurs saisons. Mais aujourd’hui, pour un club comme l’OGC Nice, si tu veux grandir, tu dois grandir en accompagnement de jeunes joueurs dans le développement de leur carrière. Tu ne peux pas te permettre, financièrement comme sportivement, de lâcher de gros salaires sur des joueurs confirmés ou en fin de carrière. Comme Dante ou Morgan Schneiderlin, pour accompagner tes jeunes, c’est souhaitable. Mais en faire ton projet principal, ce n’est pas pérenne.

Début décembre, le coach Patrick Vieira a été limogé par la direction et très vite remplacé par Ursea. Des résultats en dents de scie permettent à Nice d’être seulement 12ème au classement général. Que manque-t-il au club pour se raccrocher aux places européennes ?

Il est difficile de se défaire de l’héritage de Patrick Vieira qui n’a rien construit en deux saisons et demi. Adrian Ursea tente de tirer le meilleur d’un effectif qu’il n’a pas choisi, qui ne s’est pas amélioré tactiquement en deux ans et qui est au fond du trou niveau confiance en soi. On manque de qualité à certains postes clés, même si l’on a pu rectifier le tir en défense centrale au dernier mercato. On manque aussi cruellement de leaders, sur et en dehors du terrain, surtout depuis la blessure de Dante. En fait, il manque un peu de tout pour aller titiller le top six…

Sur les 3 derniers matchs, le coach Ursea a évolué avec trois systèmes différents : 4-4-2, 4-3-3 et 4-5-1. Après la victoire face à Rennes, le coach doit-il réitérer le 4-4-2 avec Gouiri et Boudaoui sur le front de l’attaque ?

Adrian Ursea a surtout fait en fonction des joueurs disponibles, puisque l’on a vu plusieurs titulaires se blesser ces dernières semaines. Sur le système de jeu, on devrait rester sur une défense à quatre avec une seule pointe. Seule l’animation en fonction de la possession du ballon devrait varier entre le 4-3-3 et le 4-5-1. Le principal choix du coach sera sur le profil des joueurs au milieu de terrain, notamment la présence ou non de Morgan Schneiderlin, au profil plus défensif que les autres titulaires potentiels (Hicham Boudaoui, Pierre Lees-Melou, Alexis Claude-Maurice) dans le onze titulaire.

À lire aussi